le pourquoi du comment de ce blog

Publié le par Lilibeth

En voilà une bonne question que je me pose. Oui, souvent je me parle à moi-même et m'interroge sur mes choix. Esprit critique, je m'observe et décortique les faits accomplis.

De multiples raisons font qu'aujourd'hui ce blog existe. Fière de mes nouvelles créations, je souhaitais leur offir une galerie virtuelle. La première question posée, blog ou site? J'ai opté pour le premier étant une bille dans l'art du codage et de la feuille de style. J'apprends ainsi les rudiments de la mise en ligne.
A la création de mon espace, tout de suite j'ai été impressionnée du boulot de compréhension et de réalisation que cela allait me demander. Il me fallait personnaliser le tout pour m'approprier cet endroit comme un petit coin tranquille et agréable à rester. Plutôt que de me concentrer sur le but premier d'une exposition virtuelle, j'ai perdu du temps à tenter d'organiser l'environnement à ma sauce. Tout ceci prend des heures de recherches à farfouiller le net à la découverte d'originalités applicables à mon cas.



Plutôt découragée, je me suis rendue à l'évidence que je prenait le problème à l'envers. L'esthétisme si cher à mon envie du différent passera après, d'abord mettre en ligne mes toiles.

Ahhh mes petits tableaux ...  Cette envie de laisser oeuvrer mes doigts sans autre contrainte que la faisabilité m'a suprise du résultat. Ces peintures n'en sont pas vraiment. Les couleurs appliquées sont du papier froissé et collé. A la façon des vitraux, les détails sont cernés de peinture en volume. De même, les décorations qui ponctuent l'ensemble sont basées sur la même technique. Capter la lumière par l'ajout de paillettes ou de matériaux brillants confirme ma fascination enfantine de l'étincelant et j'assume cette tendance kitsch et naïve avec aplomb.





J'ai toujours créé des trucs et des bidules, souvent détourné les objets de leur fonction première. Mon sponsor principal étant la poubelle, je n'ai aucun scrupule à farfouiller son antre à la recherche de l'objet coup de coeur. Tel un petit trésor, je le ramène sous le bras pour lui prodiquer toilette et nouveau look. Voilà donc une autre rubrique à présenter, c'est mon côté 'décroissance' ou le jeu du jeter n'est pas jouer.





J'ai déjà présenté l'origine du nom du blog. Je reviens juste sur les mandalas et les attrapes-rêves. Deux concepts, deux rencontres, deux mondes différents et pourtant si ressemblants. Mes toiles sont issues de ce mélange de genre. La variation autour d'un cercle a interpelé mon cerveau créatif à la recherche de nouveautés. Ces croisements auront également leur place particulière dans cet espace et feront l'objet d'un article à part entière.

MANDALA                                  ATTRAPE REVE




L'originalité de trouvailles glânées sur le net prennent place tout naturellement ici. Des esprits créateurs de partout dans le monde méritent qu'on si attarde quelque peu. Je n'ai pas de définition de l'art particulière sauf quand l'oeuvre et son artiste m'interpellent. Le message est le plus souvent visuel et chatouille mon esprit curieux. Intrigant, décalé ou excentrique mais toujours de bon goût, à mon goût. Je laisse tomber ce qui me semble glauque. Par exemple un photographe qui met en scène des mouches mortes ou des animaux découpés, tout ce qui écorche ma sensibilité même si la prouesse artistique est incontestable.

EXCENTRIQUE                DECALE




Je me suis dit comme ça qu'après tout ici, c'est mon espace de liberté. Je suis honorée que des gens viennent me rendre visite et embrassent du regard ce qui me plaît d'abord. La récompense passe aussi par les commentaires que j'apprécie à leur juste valeur.
C'est également par choix que je ne souhaite à aucun moment faire l'écho des nouvelles déprimantes. Les journaux et autres médias sont suffisamment nombreux pour relayer les nombreuses désinformations. Le monde tel qu'il est aujourd'hui est à l'inverse de ce que je m'imaginais petite fille. Désenchantée, je traîne mes baskets à l'affut des moments rares de partage et d'évasion. Je suis consciente des peurs et des angoisses quodiennes de tout à chacun, véhiculées à travers la petite lucarne cathodique. Cela des années que j'ai fait le choix de ne plus me laisser hypnotiser par la boîte à coucou.






Mon sort n'est pas plus enviable que n'importe qui. Alors que je suis sensée être dans une tranche d'âge où la position sociale et professionnelle est censée être confortable, il en est tout autrement. Au chômage depuis des mois, après un licenciement tendencieux, je me cherche encore. Je me suis précipitée à créer mon activité pour me jeter dans la gueule d'une louve sans scrupule. Dépouillée rapidement de mes économies, mon projet est vite tombé à l'eau. N'ayant plus rien d'autre que la réflexion, il me fallait trouver l'orientation adéquate sur laquelle axer ma motivation. Ne pas se laisser engloutir par la désespérance sur ma personne, les profiteurs de tout poil et une justice indolente.




Après moultes tentatives infructueuses, un espoir se profile dans un horizon qui me semble si lointain, retourner à l'école .... Mes 20 ans de carrière sont basés sur l'informatique et ses dérivés. Aujourd'hui je souhaite m'occuper dans gens dans la souffrance et plus particulièrement des personnes handicapées. Apporter détente, animation, loisir et bien être à ceux cloués dans leur lit ou leur fauteuil, par accident ou de naissance. Mais pour cela, la motivation et la détermination ne suffisent pas. L'oportunité d'une formation en contrat de professionnalisation m'ouvre la voie pour apprendre les gestes essentiels d'une aide médico psychologique compétente. Environ deux ans d'alternance entre école et établissement payés au minimum vital.
Cette formation débutera soit en novembre, soit en janvier. J'ai posté ma candidature à un maximum d'endroits sans avoir reçu aucun courrier en retour. J'ai pourtant soigné ma lettre de motivation et refais mon cv en conséquence. Je suis suspendue au dessus d'un temps qui m'est compté, celui du droit au chômage qui n'est pas éternel, identique pour tout le monde, qu'on ait travaillé 20 ans ou 6 mois.



Un de ceux qui m'aide à ne pas sombrer vers des pensées encore plus noires est mon jardin potager. Mon meilleur psy c'est lui. Retourner la terre, aménager à ma manière, apprendre l'humilité et la patience, depuis plus d'un an il m'accompagne vers une sérénité toute relative. C'est une chance que j'ai pu louer ce petit bout de bonheur et de découverte et nourricier à ses heures. J'y découvre la simplicité magique de la vie : graine, terre, eau sans ajouter d'artifice chimique. Le plaisir du partage des récoltes avec tous ceux que j'aime donne du sens à ma vie.

Et d'en conclure ainsi : il est ma petite graine que je sème dans l'incommensurable champs que constitue le net. A moi de faire en sorte qu'il en germe quelque chose sans me préoccuper des statistiques analysées par des robots et qui peuvent être décourageantes.



Se faire d'abord plaisir, me faire plaisir comme une ballade sur la plage où je ramasserai coquillages, cailloux et bois flottés pour les mettre dans ma boîte à souvenirs.




Publié dans fragrance Lilibeth

Commenter cet article

youyou 28/11/2009 12:54




voila tu as meme l'illustration



Lilibeth 28/11/2009 12:59



hannnnnn lolllll





youyou 28/11/2009 12:52


ha bé aux vaches, ha a par bouse de vache hé hé lol


Lilibeth 28/11/2009 12:57



yeah !!



youyou 28/11/2009 12:48


ha oui c'est vrai
j'y ai meme pas pensé,
ou selles, caca moux .....


Lilibeth 28/11/2009 12:49



tsss tsss
rapport aux vaches ho!



youyou 28/11/2009 11:01


quand je travaillais avec les autistes il y avait des lit d'acceuil temporaire, quand on realise les kilometre que fond les familles pour placé leur enfant c'est pfff, y a meme pas de mot
je croise les orteils pour toi aussi
et comme on dit merde .....
bisous


Lilibeth 28/11/2009 12:39



tu peux aussi dire "bouse liquide" hein
Merci et bisous



youyou 28/11/2009 10:41


je comprends mieux pourquoi tu n'as de reponce a tes candidature pour le formation d'amp
tout les centres pour adulte handicapé souvant sont complet en personnel , il y a tres peut d'etablissement dans le domaine de l'handicap qui offre la formation.
tu souhaiterai t'orienter vers des personnes handicapé moteur ou mentale, parce que j'ai travaillé avec des autistes et je sais que le lieu depend d'une association, mais je ne sais pas si elle est
nationale, sa s'appelle l' ADAPEI

en ce qui concerne les reponce que tu n'as pas eu sa les gens ne prenne plus le temps d'y regardé. et je trouve sa dommage.
j'en ai parlé une fois avec ma directrice et elle me disait que tous les jours elle en recoit et qu'elle ne peut pas passé ses journée a les lire donc elle les garde (contrairement a beaucoup
d'autre) et quand elle a besoin de quelqu'un pioche dedans. mais bon comme je lui ai dit juste un courrier pour dire aux personnes que vous avez lu leur demande et que vous la gardez si un jour
vous avez besoin et bien sa fait plaisirs.
j'ai connu sa aussi quand j'etais au chomage.

bon courage a toi , et j'espere que tu trouveras parce que avec ce que tu as ecris on manque de personne comme toi
beaucoup fond la formation maintenant juste pour ne plus etre au chomage apres et on le recent dans le travail car n'on pas du tout le contact

bisous

j'espere que c'est comprehensible ce que j'ai ecris


Lilibeth 28/11/2009 10:58



oui oui t'inquiète j'ai bien tout compris. Je me suis rendue compte que même dans ces établissements, plus personne n'a le temps de se préoccuper des candidatures
comme la mienne. Je trouve ça tellement dommage qu'ils se privent de personnes motivées. Je me demandais même si j'allais pas m'expatrier en Belgique où ils sont bien plus en avance que nous
concernant la prise en charge des handicapés. Tu vois j'ai un voisin, son fils a 20 ans et autiste. Aucun établissement en région parisienne ne peut l'accueiilir manque de place ... Alors le
p'tite père il part en Belgique. Ses parents ne pourront le voir qu'une fois par mois ... enfin bref, faut que ça change.
J'ai rencontré une directrice de maison de retraite, avec un esprit ouvert et humain. Nous nous sommes plues mutuellement. Je suis sélectionnée pour venir bosser
avec elle. Sauf que ... mon dossier est en approbation à la comptabilité. Tu vois le truc? là c'est juste une question de budget, même pas de gros sous (smic). J'attends donc le ok de la chef
comptable que je n'ai jamais rencontrée pour que la directrice me confirme définitivement ou pas mon entrée. Alors je croise les orteils. De toutes les façons je ferai un article en conséquence
dès que j'aurai la réponse.
J'te bise bien fort