le nombre PI, tout un poème

Publié le par Lilibeth

Pour tous les fâchés de la géométrie, dont je fais partie, il faut avouer que ce nombre indispensable est fascinant. Impossible de mettre un point final à la fin de ses décimales, il est en perpétuel évolution au fur et à mesure de la puissance des calculateurs. Il est tout de même à l'origine des calculs des cercles et autres figures depuis des millénaires.

En voyant cette photo, j'ai tout de suite pensé à la poésie des courbes. J'y ai mis ma touche personnelle et j'ai trouvé un écrit des plus enluminés.

 

admirable nombre pi

 

ADMIRABLE NOMBRE PI


Trois virgule un quatre un.
Chaque décimale est à la fois la suivante et la première
cinq neuf deux, puisqu'il est un chiffre sans fin.
Trop vaste six cinq trois cinq pour le saisir d'un seul regard
huit neuf, d'un simple calcul
sept neuf, avec l'imagination
trois deux trois huit, ou d'un jeu de mots
Trop vaste pour le comparer quatre six
à quoiqu'il soit dans le monde.
Le plus long serpent terrestre cesse d'exister
au bout de quarante mètres.
De même, mais légèment plus loin, les serpents de légendes.

Pi, avec son cortège de décimales
ne s'arrête pas à la bordure de la page,
il continue sur la table, traverse l'air
le mur, la feuille, le nid d'oiseau, les nuages, le ciel
jusqu'à un paradis flou et sans fond.
A côté de lui, la queue d'une comète n'est qu'une queue de souris
Même un rayon d'étoile plie sous le poids de l'espace.
Mais lui, deux, trois, quinze, trois cent dix-neuf,
mon numéro de téléphone, votre encolure,
l'année mil neuf cent soixante treize, sixième étage,
soixante cinq centimes, nombre d'habitants,
tour de taille,  deux doigts, une charade, un code,
chant du rossignol, promesses d'amour
pour toujours...

Inutile de vous presser avec lui, vous n'y arriverez pas au bout.
La terre et le paradis, eux-même, sont temporels
mais pas notre Pi:
avec son cinq toujours parfaitement droit
son huit remarquablement beau
et son sept qui ne sera jamais le dernier
à pousser du coude cette flemmarde d'éternité
pour l'obliger à continuer.


Wislawa Szymborska - poétesse polonaise et prix Nobel de littérature

 

Ma nullité attestée en la matière ne me dispense pas de rendre hommage à ce que je ne maîtriserai jamais ...

Publié dans carnet de notes

Commenter cet article

clovis simard 22/06/2011 17:35



Bonjour,


 


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.


 


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


 


La Page No-20, THÉORÈME DE GAIA,


 


LE NOMBRE PI, LE PIMENT DES MATHS ??


 


Cordialement


 


Clovis Simard



Lilibeth 25/06/2011 20:57



Bonjour Clovis. Me suis un perdue dans votre blog j'avoue J'y retourne de ce pas. Merci en tout cas pour votre
visite



cyrianne 29/03/2011 22:04



Avec regrets, je passe beaucoup moins de temps que je ne le voudrais sur les blogs;


tes articles sont aussi passionnants que nombreux; j'aime beaucoup celui-ci qui allie géométrie , poésie et...le monde des étoiles.


Bonne soirée, Lilibeth


Cyrianne



Lilibeth 31/03/2011 20:57



J'ai stoppé quelques temps ce qui m'a reposé du monde en quelque sorte. Si je pouvais vivre dans le soufle du vent, je n'hésiterai pas une seconde. Mes photos sont des rêves bien éloignés de la
réalité pesante. Prends soin de toi et douce soirée



bricabrocamoi 23/03/2011 00:27



Bon ... je repasse pour lire tout ça..


A cette heure-ci ... trop compliqué pour moi .


Bibis Lili..






Lilibeth 23/03/2011 23:58



Ah oui, j'en ai au moins 3kg en attente Bibis Tata et bonne nuit



dimdamdom59 22/03/2011 16:34







 



Voici encore une belle journée à venir



Que dirais tu d'une petite tasse de sourire



Bien plus doux qu'une tasse de café



Le café me rend nerveuse



Tandis qu'un sourire me rend heureuse.



Alors qu'en dis-tu???


C'est OK!!!


Bon alors je t'attends!!!



Gros bisous



Domi.


ps : merveilleuse poésie, que je ne connaissais pas, que tu pourrais si tu le veux bien inscrire dans "le coin de ma poésie"



Lilibeth 23/03/2011 23:38



Et ben moi, plusieurs tasses de café font plusieurs petits bonheurs Tu peux bien sur l'utiliser, j'ai cité mes
sources Bisous à toi



mitou 22/03/2011 08:31



Trop tard !!j'ai fais des cauchemars !!j'ai vu des chiffres partout !!et en plus il fallait apprendre ce poème !!!!


ce n'est vraiment pas de cette façon que tu vas me réconcilier avec les maths !! 


nous sommes fachés à jamais !!!


mais je dois reconnaître que l'artiste poête et l'artiste photographe 


forment un bel ensemble !!!!!


gros bisous  MITOU



Lilibeth 23/03/2011 23:36



Les maths et autres calculs m'interpellent quand ça forme de jolies choses comme aussi les fractales. Ma nullité vient surement de ma fascination .. Gros bisous et merci à toi