De rouille et de turquoise

Publié le par Lilibeth

 

C'est que ça s'installe vite la rouille.

 

La preuve, elle a grippé tout le relationnel que j'avais ici. C'est surement elle aussi qui coince le passage entre mon blog et ma nouvelle adresse. Surement, c'est ça ...

 

Wow c'est terrible !

 

Bon ben je garde le turquoise pour laisser la rouille terminer son oeuvre.

 

http://media-cache-ak0.pinimg.com/736x/c3/52/22/c35222ed6bd1638641ea829d37cbc8a0.jpg

 

Chantons en coeur, s'il y est :

 

La rouille de Maxime Leforestier

 

L´habitude nous joue des tours
Nous qui pensions que notre amour
Avait une santé de fer.
Dès que séchera la rosée,
Regarde la rouille posée
Sur la médaille et son revers.

Elle teinte bien les feuilles d´automne.
Elle vient à bout des fusils cachés.
Elle rongerait les grilles oubliées
Dans les prisons, s´il n´y venait personne.

Moi, je la vois comme une plaie utile,
Marquant le temps d´ocre jaune et de roux.
La rouille aurait un charme fou
Si elle ne s´attaquait qu´aux grilles.

Avec le temps tout se dénoue.
Que s´est-il passé entre nous,
De petit jour en petit jour?
À la première larme séchée,
La rouille s´était déposée
Sur nous et sur nos mots d´amour.

Si les fusils s´inventent des guerres
Et si les feuilles attendent le printemps,
Ne luttons pas, comme eux, contre le temps.
Contre la rouille, il n´y a rien à faire.

Moi, je la vois comme une déchirure,
Une blessure qui ne guérira pas.
Notre histoire va s´arrêter là.
Ce fut une belle aventure.

Nous ne nous verrons plus et puis...
Mais ne crois pas ce que je dis :
Tu sais, je ne suis pas en fer.
Dès que séchera la rosée,
La rouille se sera posée
Sur ma musique et sur mes vers. Sur mon blog et mes articles.

 

Bonne rouille à tous !

Publié dans carnet de notes

Commenter cet article